FR
NL

La vente après faillites en Belgique :
un nid de bonnes affaires

Si vous voulez récupérer du très bon matériel professionnel à prix (très) intéressant, il existe une opportunité qu’encore trop peu d’entrepreneurs utilisent en Belgique, la vente après faillites.

Concrètement, c’est quoi ? La possibilité d’acheter tout ce qui est réutilisable après une faillite (matériel de bureau, ustensiles et matériel de travail, stock, etc.) pour développer votre propre affaire.

Il s’agit bien sûr d’une opération très différente de tout ce qui concerne un commerce à remettre, vu que dans ce cas, vous ne reprenez pas l’activité antérieure, mais seulement certaines de ses parties composantes.

Si vous voulez en savoir plus, nos experts Argus Belgique peuvent vous conseiller. Contactez-nous ici.

Contactez-nous maintenant

Après une faillite : 2 opportunités d’affaires

Si vous suivez les ventes publiques en cas de faillites, vous découvrirez inévitablement de véritables mines d’or. Principalement de 2 ordres.

Quand un commerce (ou une entreprise) arrête pour cause de faillite, deux types d’opportunités peuvent se présenter. Elles sont très différentes l’une de l’autre :

- soit vous êtes intéressé par ce commerce à vendre : vous devrez alors attendre la décision du curateur pour savoir si celui-ci peut toujours être vendu, malgré la faillite. Celui-ci prendra sa décision dans l’intérêt de tous les créanciers du vendeur en faillite. S’il décide au contraire que la vente peut se poursuivre, dans l’intérêt des créanciers, il doit demander l’autorisation du tribunal de commerce. En cas de décision favorable, vous pourrez repartir sur les bases de cette activité qui a fait faillite et pour cela, faire appel à un crédit professionnel, si nécessaire. Cela peut s’avérer très intéressant si vous savez bien analyser les causes d’échecs de l’entrepreneur précédent… S’il décide que non et que vous avez déjà versé un acompte, le risque est grand que celui-ci soit définitivement perdu.

- soit vous voulez juste reprendre des objets issus de la vente après faillite : dans ce cas, l’affaire en tant que telle, ne vous intéresse pas, mais une partie de ce qui la faisait vivre oui. Vous avez repéré du matériel encore en très bon état, un stock de marchandises que vous pourriez avantageusement valoriser, etc.

Financièrement, vous pourriez récupérer ces éléments pour un très bon prix et donc faire une très bonne affaire.

Comment tirer profit d’une faillite

Que faut-il penser de ces 2 options ?

La 1ère présente indéniablement des risques car une activité qui fait faillite est, par définition, sujette à interrogations.Cependant, si vous êtes convaincu – pour différentes raisons du potentiel de l’affaire en question – et que vous savez ce qui a mené l’entrepreneur cédant à la faillite, pourquoi pas ? Certains hommes d’affaires sont passés maîtres dans l’art de relancer une entreprise après faillite.

La seconde est beaucoup plus sûre car elle crée une séparation totale entre l’entreprise faillie et vous. Pour employer une expression un peu triviale, vous ne reprenez « aucun cadavre » de celle-ci mais uniquement des éléments tangibles, réexploitatables à l’avenir pour votre propre compte.

Pour choisir comment tirer le meilleur profit d’une faillite, vous devrez donc tenir compte de votre situation actuelle, de vos besoins, de votre éventuel goût du risque et de votre analyse de l’entreprise faillie qui vous intéresse.

Et pour être bien conseillé, n’hésitez surtout pas à faire appel à des professionnels comme nous au sein d’Argus Commerce Entreprise. Pour nous contacter cliquez ici.

Pour aller plus loin, vous pouvez également lire :

- un commerce à vendre : une bonne affaire à certaines conditions.

- Comment remettre votre restaurant en gagnant votre temps et argent